skip to Main Content
De Shanghai à Osaka En Ferry

De Shanghai à Osaka en ferry

Situé bien plus au Sud de la Chine que nos précédentes destinations, Shanghai est une ville très modernes. Après nos 8 jours au Tibet puis nos 48h de train, et ayant accumulé un peu de fatigue, retrouver un peu de confort ne nous dérangeait pas.

Quelques jours à Shanghai

Nous avons passé nos premiers jours à Shanghai dans le quartier de l’ancienne concession française. Ici, nous retrouvions un semblant de vie de quartier que nous n’avions pas connu depuis le début du voyage : un restaurant végane à 4 minutes de la maison, de petites boulangeries ici et là, des arbres, des écoles… bref, un quartier pour vivre son quotidien tranquillement. Beaucoup d’expatriés semblent d’ailleurs avoir choisi de s’établir ici, comme en témoignent les différents accents entendus lors de nos balades. Notre appartement est très « cozy » : ici, les logements sont petits mais tout à fait fonctionnels. En effet, la salle de bain se mélange aux toilettes, la laveuse se mêle à la cuisine, qui est en fait également la chambre et la salle de vie.

À Shanghai, nous avons pu nous balader sur le Bund, célèbre balade au bord de l’eau dont les éclairages des bâtiments en face procurent un charme unique (quoiqu’il ait plu lorsque nous y sommes allés), visiter l’entrée et la boutique du Propaganda Poster Art Center (le centre étant en construction ce jour-là), mais surtout rencontrer un de nos amis de Montréal, en voyage d’affaires ici pour quelques jours. Il est toujours appréciable de rencontrer un visage connu ainsi que passer une soirée entre amis après 4 mois de voyage.

Le Bund de nuit (sous la pluie)

En route pour le Japon : nos 48 h dans le ferry Su Zhou Hao

Pour se rendre au Japon depuis la Chine sans prendre l’avion, plusieurs options de bateaux sont possibles. Deux compagnies de ferry (ou traversier) font la liaison entre Shanghai et Osaka ou Kobé. Dans notre cas, nous avons pris Shanghai International Ferry Co, comme les dates de trajets fonctionnaient mieux avec ce que nous souhaitions faire.

Il s’agissait donc de notre seconde portion de voyage en mer, après notre traversée de l’Atlantique sur le Queen Mary 2. Le ferry « Su Zhou Hao » est d’un tout autre style. Construit en 1992, le ferry peut transporter jusqu’à 272 passagers. Nous avons effectué l’aller de Shanghai à Osaka en novembre, puis notre retour début décembre. Dans les deux cas, il y avait très peu de personnes sur le bateau, pour le retour d’ailleurs nous étions probablement au maximum 20 passagers à bord.

On pouvait voir que le bateau avait du vécu et aurait eu besoin d’un peu d’amour, mais nous avons tout de même eu une traversée confortable. À l’aller comme au retour, nous avons pu avoir une cabine de 4 personnes pour nous 2 seulement.

Le bateau a des bains publics (non mixtes) de style japonais ainsi que des douches, ce qui change de nos voyages en train. Il y a également des laveuses et sécheuses accessibles gratuitement, détergent compris. Le bateau possède un restaurant. Des plats sont proposés au buffet mais pour varier les repas, l’idéal est de consulter la carte et de demander des mets spécifiques au serveur. L’un d’eux parlait très bien anglais et a pu nous accommoder en tant que véganes à l’aller comme au retour. Nous pouvions manger convenablement pour 80 yuans, soit 15 dollars canadiens. Sur le bateau, il est possible de payer en yen ou en yuan. Il est d’ailleurs possible de changer de l’argent à bord à la réception (ce qui est très pratique comme les distributrices de boisson ne prennent que les yens).

 

La traversée est très agréable. Bizarrement, le mouvement du bateau a eu un effet somnifère sur moi! Peut-être que je n’avais pas réalisé la fatigue accumulée mais à l’aller comme au retour, j’ai dormi de longues heures à bord! Mon sommeil de l’aller était tout de même combiné à une intense nausée, signe que cette fois-ci, le mal de mer ne m’a pas épargné. Par chance, cela n’a pas été le cas au retour, peut-être grâce aux petits bonbons au gingembre acheté avant notre départ du Japon.

Ce qui est le plus agréable dans cette traversée est le moment où le bateau rentre dans les eaux japonaises : de part et d’autre, on commence à voir les terres du Japon. Le passage sous le pont du détroit de Kurushima – plus grand pont suspendu au monde! – offre également une superbe vue, ce passage ayant lieu de nuit le second jour de la traversée aller.

Arrivée à Osaka

Nous voici arrivés à bon port. Il nous reste encore quelques étapes avant de pouvoir nous dire réellement arrivé au Japon. En premier, un médecin japonais contrôle la température de tous les passagers avant le débarquement (un simple scan via une sorte de caméra infrarouge). En second, il s’agit de passer la douane. Nous avons probablement rencontré ici les douaniers les plus gentils jamais rencontrés mais aussi les plus méticuleux : TOUTES nos poches de sac seront ouvertes et fouillées, que ce soit le sac de linges sales, nos cubes de vêtements, mon jeu de cartes de tarot (dans lequel les cartes ont également été vérifiées), le tube contenant des affiches souvenirs ou encore les petites poches au fin fond de ma trousse de toilette! Bref, une fouille efficace et minutieuse, nous n’avions en effet rien à déclarer. On peut finalement passer sans encombre et démarrer nos 3 semaines au Japon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top