skip to Main Content
Un Voyage Culinaire En Malaisie

Un voyage culinaire en Malaisie

Après le départ de ma sœur, nous nous sommes replongés dans notre organisation, en particulier concernant notre traversée du Pacifique. Cette traversée implique plusieurs démarches administratives (visas et autres) qui seront détaillés dans un prochain article. La traversée est prévue mi-avril. Nous sommes fin février et avons donc un mois et demi devant nous. Nous choisissons alors de redescendre vers le Sud pour aller en Malaisie puis à Singapour.

En train vers la Malaisie

Depuis Chiang Mai, nous avons pris un bus vers Bangkok (les trains étant complets). Puis un train de nuit de Bangkok vers Padang Besar (un trajet d’environ 18 h). Les trains de nuit en Thaïlande sont très différents des cabines de quatre auxquels nous sommes habitués depuis la Russie. Ici, le wagon entier se transforme en wagon-lit le soir. Vers 19 h, l’agent passe et déplie tous les lits. C’est efficace et confortable. On craignait d’avoir du bruit mais pas du tout, l’aspect « espace ouvert » semble amener tout le monde à faire plus attention. Chaque lit a un rideau, et dès lors que l’on peut s’y installer, on peut vraiment être dans sa bulle. Petit détail, les lits d’en bas sont vraiment plus grands que les lits d’en haut (c’est surtout vrai dans les anciens trains, moins dans les nouveaux). À noter qu’il y a possibilité d’acheter de la nourriture dans le train (différents plats, cafés et autres). Nous avons juste testé le café du matin mais d’après mes lectures, la nourriture semble bonne bien qu’un peu chère.

Cette vidéo de Mark Smith (l’homme derrière le fameux site seat61, un incontournable pour les amoureux du train) vous montre la transformation du wagon. Comme vous le verrez, c’est très efficace!

Arrivée en Malaisie

Nous voilà arrivés à Padang Besar. Il est 10h50, nous devions arriver à 8h53. Pas d’enjeu, nous ne sommes pas pressés et j’ai l’impression que les retards sont courants sur ce trajet (notre trajet retour nous confirmera que oui). Dans tous les cas, nous descendons du train et sommes dirigés par un agent vers les douanes. Tout se fait à même la gare : sortie de Thaïlande puis entrée en Malaisie. Rien de compliqué ici. Il faut aussi changer d’heure, il y a 1 heure de décalage entre la Thaïlande et la Malaisie, il est donc presque midi.

Direction le guichet KTM pour acheter un billet pour Butterworth (ville dans laquelle prendre le ferry pour George Town). J’avais lu qu’on pouvait payer en baht thaïlandais. Tant mieux car nous n’avons pas encore de ringgit sur nous et il n’y a pas d’ATM dans la gare. Billets achetés, nous voilà dans le train de 12h25 en direction de Butterworth (un trajet de 2 heures environ). Une fois là-bas, il s’agit de prendre le ferry pour George Town. Toujours pas de ringgit sur nous à part un peu de monnaie que la dame m’a rendue au moment d’acheter les billets de KTM (je réalise que j’aurais dû utiliser un plus gros billet pour avoir plus de change en ringgit…). On poursuit néanmoins notre voyage. De la gare de Butterworth, une navette nous amène à l’entrée du ferry. Aucun signe d’un ATM dans les parages… On croise les doigts pour que notre approche de payer en baht fonctionne encore car rebrousser chemin semble compliqué à ce stade-ci ! Mais nous serons chanceux – si on peut appeler cela de la chance – : l’agent me facturera 40 baths pour nous deux pour le ferry. Cela équivaut à 5 ringgits chacun versus 1,5 ringgit pour le tarif régulier. Disons que la différence est pour le « frais de conversion ». Dans tous les cas, cela reste des montants très modestes (5 ringgits équivalents à 1,6 CAD…), c’est le coût pour nous de ne pas avoir changé de l’argent au petit monsieur sillonnant le train avec sa liasse de ringgits !

Quelques jours à George Town

La Malaisie est très différente de ses voisins du Nord. On le remarque rapidement par ses bâtiments : les innombrables temples bouddhistes de Thaïlande laissent désormais place à de nombreuses mosquées (l’islam est la religion officielle de Malaisie). Mais pas seulement : temple bouddhiste, église catholique, temple hindou… la multiculturalité présente se remarque très vite. Et pour cause, plusieurs groupes ethniques cohabitent en Malaisie: les Malais représentent le groupe majeur (65 %) suivi des personnes d’origine chinoise (26%), indienne (8%), puis des autochtones (pour en savoir plus, cliquez ici).

Ainsi, nous voilà à George Town pour quelques jours (ville inscrite au patrimoine de l’Unesco). Ancien comptoir britannique, le mélange des styles architecturaux procure un agréable charme à la ville. Mais c’est avant tout la nourriture que nous apprécierons le plus. Entre autres, nous avons pu tester un laksa végétarien (plat typique de Malaisie) au Yun Shan Ge. Ce petit restaurant se trouve dans la portion de la ville connue pour l’art urbain qui orne les différents murs. Vous ne pouvez pas louper ces illustrations : s’il y a six personnes qui prennent en photo un mur (et je m’inclus dans ces six personnes …), c’est qu’il y a une illustration dessus. C’est vrai que cela ajoute tout de suite un peu de chaleur à ce qui ne serait qu’un mur grisâtre sinon. Pour revenir à la nourriture, nous avons aussi gouté au Chee Cheong Fun : snack à base de pâte de riz frites arrosée de sauce soja. Sur les conseils de notre hôtesse, nous avons pris la version frite et clairement cela ponctue très bien le repas !

Nous avons aussi profité de notre séjour pour nous rendre au jardin botanique. Celui-ci se trouve à l’extérieur de la ville, et même si cela n’a pas l’air loin sur la carte, il faut bien compter une heure de bus pour y aller (et les bus sont peu fréquents). La balade dans le parc est agréable (notez tout de même que le parc reste de taille modeste). Mais il y a beaucoup de singes ! Ils restent (relativement…) loin de nous et on espère que les gens ne les nourrissent pas car au nombre qu’ils sont, on n’a vraiment pas envie qu’ils s’approchent de nous. D’ailleurs, qui parmi nous sait ce que l’on devrait faire si un singe nous grimpait dessus ? …

Kuala Lumpur

Après ces quelques jours, nous prenons un bus vers Kuala Lumpur (les trains étant complets). On sent tout de suite le côté « ville d’affaire » de la capitale. La vue sur les tours jumelles Petronas est tout de même quelque chose ! Nos papilles ne seront pas en reste ici. En Malaisie, nous avons facilement accès à tout un pan de cuisine indienne que nous connaissions peu : la cuisine du Sud de l’Inde. Soit tout un nouveau monde de recettes à découvrir ! On a particulièrement apprécié le masala dosa, sorte de pain très fin dans lequel se trouve une purée de pommes de terre épicée. Excellent met ! Entre deux repas, on visite le musée National de Malaisie (Museum Negara), intéressant musée qui permet de mieux comprendre l’histoire de la Malaisie.

Tours jumelles Petronas

Mais le temps file et il faut penser que nous devrons rebrousser chemin bientôt pour nous rendre au point d’embarquement pour notre traversée du Pacifique. Nous voulons tout de même poursuivre notre descente vers le Sud pour nous rendre jusqu’à Singapour. Nous voici donc prêt à prendre un nouveau bus pour nous y rendre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top