skip to Main Content
Voyager En Cargo : Mode D’emploi

Voyager en cargo : mode d’emploi

Pour laisser un peu de place à l’improvisation à notre voyage, nous avons attendu avant de réserver nos places sur un bateau-cargo pour traverser le Pacifique. Nous avons bien fait : nous voulions initialement traverser en juin, nous avons finalement avancé cela à avril pour prendre davantage de temps pour traverser le Canada. Voici quelques informations logistiques sur la préparation d’un trajet en cargo et un aperçu des aléas logistiques que nous avons vécu.

Réserver le trajet Transpacifique

Avant tout, pour réserver un voyage en bateau-cargo, il faut soit contacter directement la compagnie de cargo (mais celle-ci gère des containers de marchandises de plusieurs milliers / millions de dollars par jour et n’aura que faire de votre requête…) soit identifier une agence spécialisée dans ce type de voyage. Maris – compagnie qui s’occupe des réservations de passager sur la flotte de CMA-CGM – propose plusieurs trajets sur son site.

Il faut être conscient de deux choses en choisissant ce type de voyage. Avant tout, malgré ce qu’on pourrait penser, voyager sur un cargo sera plus cher que de réaliser la traversée de façon « classique » via une croisière. Préparez donc votre porte-monnaie. Également, gardez en tête que vous n’aurez pas le luxe de choisir votre bateau. Vous aurez celui qui fait le trajet que vous souhaitez faire, et tous n’offrent pas le même niveau de confort ou d’équipements (salle de sport, piscine, etc.)

Quelques imprévus

Notre volonté initiale était de prendre un cargo du Vietnam à Vancouver. Nous avions le nom du bateau, une idée approximative des dates. Tout allait bien. En janvier, on reprend contact avec l’agence Maris pour procéder à la réservation. Mais le bateau en question fait sa dernière traversée en mars et sera décommissionné par la suite. Dommage, cette solution nous permettait d’arriver directement au Canada. On cherche donc un plan B.

On consulte le site de Maris et trouve finalement un bateau qui part de Chine pour se rendre sur la côte Ouest des États-Unis, à Los Angeles. Cela induit que nous ayons un peu plus de kilomètres à parcourir pour aller à notre point d’embarquement. Mais ce n’est pas le plus gros enjeu ici. La question des visas fait rapidement surface !

En premier, nous n’avions pas prévu de retourner en Chine, et mon visa avait expiré en janvier. Il faut donc trouver une solution pour le renouveler. En second, entrer aux États-Unis via un cargo ne permet pas de bénéficier du Visa Waiver Program (le programme qui permet aux Français de rentrer aux États-Unis avec un ETSA). Il faut donc faire une demande de visa de tourisme B1/B2.

Bref, deux démarches administratives non négligeables à réaliser. Nous sommes en février au moment de réserver le bateau, nous avons un mois et demi devant nous. Les journées vont passer vite.

Demander un visa B1/B2 pour les États-Unis

Demander un visa B1/B2 pour les États-Unis est un travail en soi ! Dans notre cas, nous avons réalisé tout cela en Thaïlande. Voici un rapide descriptif des différentes étapes :

  • Remplir le formulaire DS-160 en ligne dans le pays où vous êtes (habituellement, c’est mieux de le faire dans votre pays de résidence, ce qui était impossible dans notre cas)
  • Payer les frais du visa (à noter que le paiement n’est pas possible en ligne si vous n’avez pas un compte dans le pays dans lequel vous faites la demande, prévoir de payer sur place en espèce dans une institution bancaire du pays)
  • Une fois le paiement des frais confirmés, prendre rendez-vous pour un entretien à l’ambassade (prévoir qu’il y aura un délai d’attente pour avoir ce rendez-vous, environ 10 à 14 jours dans notre cas)
  • Se rendre au rendez-vous avec les justificatifs conseillés. Il est recommandé de prévoir de nombreux justificatifs pour l’entretien (pouvoir démontrer que vous avez un emploi dans votre pays de résidence, que vous avez assez d’argent pour subvenir à vos besoins…). Dans mon cas, peu de questions m’ont été posées. J’ai simplement expliqué à l’agente que j’avais besoin de ce visa comme je rentrais aux États-Unis en bateau-cargo et tout s’est déroulé sans problème. Mais mieux vaut toujours arriver mieux préparé que pas assez… (Pour la petite histoire, la photo ci-dessous est la file d’attente en arrivant à l’ambassade pour mon rendez-vous!)
  • Attendre le retour de votre passeport. Il vous sera retourné par la poste à un point de collecte désigné. Il est annoncé un délai de 3 à 4 jours ouvrables pour avoir son passeport. Dans mon cas, j’ai pu le récupérer après 2 jours (ce qui semble assez courant d’après mes lectures).

File d’attente – Ambassade des États-Unis à Bangkok

Demande de visa chinois  

Pour le visa chinois, les formalités sont similaires à celles que nous avions faites à Montréal (formulaire, dépôt du dossier en personne puis réception du passeport par la suite). Est-ce mieux de le faire en Thaïlande, en Malaisie, à Singapour ? Après plusieurs recherches, Singapour semble l’endroit le plus efficace pour ces demandes.

Nous avons connu quelques déboires pour obtenir ce visa mais pour faire une histoire courte, garder en tête que lorsque vous faites une demande de visa hors de votre pays de résidence, les agents risquent de vous demander plus de justificatifs que pas assez. Globalement, il faut arriver avec tous les justificatifs des entrées et sorties du pays (soit des réservations de billets de transports) et vous attendre à avoir le minimum de ce dont vous avez besoin. Dans mon cas, j’ai eu un énorme soulagement en apprenant que ma demande avait été approuvée mais simplement deux entrées de six jours chacune ! Soit le temps dont nous avions besoin pour aller à Xiamen avant de partir pour Taïwan (sortie 1) puis de revenir et embarquer sur le cargo (sortie 2). Ma demande avait été bien plus facile à Montréal, mais peu importe, nous sommes surtout heureux d’avoir réglé cette question.

Certificat médical

Pour voyager en bateau-cargo (comme il n’y a pas de médecin à bord), vous devez avoir un certificat médical prouvant que vous êtes en bonne santé et aptes au trajet. Rien de compliqué mais cela reste un rendez-vous à prévoir dans les préparatifs.

Assurance

Comme toutes grosses dépenses, l’idéal est de prendre une assurance annulation. À noter qu’il est – à notre connaissance et malgré plusieurs tentatives – impossible de souscrire une assurance annulation une fois que vous avez quitté votre province de résidence. Nous avons donc fait sans assurance mais si vous pouvez vous éviter ce stress, je vous le recommande 😉

Voici donc quelques mots de logistiques. Je ne le laisse peut-être pas beaucoup transparaître dans ce récit mais entre le paiement du bateau, la non-possibilité d’assurance annulation et le stress des visas, autant vous dire que nous étions contents de finaliser cette étape et de pouvoir nous concentrer de nouveau sur la portion amusante de notre voyage. Nous sommes donc prêts à embarquer, excités par cette traversée de 14 jours à travers le Pacifique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top