skip to Main Content
Kicking Horse Et Notre Entrée Dans Les Prairies

Kicking Horse et notre entrée dans les Prairies

Nous avons beaucoup apprécié prendre une journée de repos après ces kilomètres en montagne. Notre prochain défi : le col Kicking Horse (ou col du Cheval-qui-Rue en français), second col fameux pour les cyclotouristes traversant les montagnes par l’A1. Situé à 1627 m d’altitude, il parcourt les Rocheuses à la frontière du BC et de l’Alberta. C’est aussi le point le plus élevé de la route Transcanadienne !

8 Juin : Kicking Horse et nos premiers 1000 km

Jour 18 vélo (21 total) : Golden à Field (57,56 km) – 1 161 m de gain d’altitude !

Le départ de Golden est un défi en soi. Sur les conseils de notre hôtesse du Dreamcatcher House, on démarre le trajet en prenant la piste cyclable le long de l’A1. Elle ne dure pas longtemps et nous épargne quelques minutes sur l’autoroute. Mais – comme souvent – l’inclinaison est terrible ! Les pistes cyclables ne sont décidément pas pensées pour des vélos chargés comme les nôtres…  Quoi qu’il en soit, ce sera un bon échauffement pour la suite : la sortie de Golden se fait par la fameuse 10 Mile Hill, soit 16 km de colline ! L’inclinaison est moins pire que sur la piste cyclable mais tout de même, ça monte. Heureusement, le trajet nous fait longer la rivière Kicking Horse dont la vue est sublime ! L’accotement est un peu mince par moments sur l’A1, mais dès lors que l’on entre dans le parc national Yoho, la route est d’excellente qualité.

Pour Kicking Horse, col principal des rocheuses sur l’A1, nous avions décidé de le parcourir en deux étapes, soit d’inclure une pause à Field. Nous finissons donc cette journée par une longue mais douce ascension de la première portion de Kicking Horse. C’est d’ailleurs à ce moment que l’on passe le cap des 1 000 km, un peu avant notre arrivée.

À Field, on s’installe dans un très charmant Bed and Breakfast (Truffles Pigs). Cela aurait été plus économique de camper mais la pluie est au rendez-vous ce soir. Petit conseil : Field est TRÈS populaire comme destination, réservation recommandée !

9 Juin : Finir Kicking Horse sous la pluie   

Jour 19 vélo (22 total) : Field à Canmore (111,45 km)

La pluie est belle et bien au rendez-vous pour la suite de notre ascension de Kicking Horse. Cela rafraîchit l’air mais la montée nous réchauffe rapidement. On passe à proximité des tunnels en spirale (bien que je dois avouer qu’étant donné la grisaille, on a préfèré poursuivre notre ascension plutôt que de s’arrêter et de se refroidir). Kicking Horse m’a semblé plus demandant que Rogers Pass, mais la suite de la journée quant à elle est bien plus facile : une longue descente vers le Lac Louise !

Sur la 1A dans le Parc de Banff

Avis aux cyclistes, ne vous privez surtout pas de prendre la 1A : la route est belle, peu achalandée, et parcourt majoritairement la forêt tout en vous donnant des points de vue sur les monts avoisinants. Normalement, la 1A est accessible dès le Lac Louise mais comme il y avait des travaux, nous l’avons récupéré à Castle Junction. Nous l’avons suivi jusqu’à Banff avant de prendre la Legacy Trail, qui se rend jusqu’à Canmore.

À Canmore, nous avons été reçus par Kirsten et Lyle grâce à Warmshowers. Avides cyclistes, ils ont traversé le Canada il y a 3 ans, en plus d’avoir fait d’autres nombreux voyages à vélo. Un autre cycliste est également chez eux ce soir, Yazu, un cyclotouriste japonais qui voyage pour plusieurs années. Enseignant, il a quitté son emploi pour voyager avec l’idée d’inspirer ses élèves à parcourir davantage le monde. Son blogue est en japonais alors on peut malheureusement moins suivre ses aventures qu’on le voudrait, mais on sait qu’il a raconté notre rencontre ici 😉

À Canmore avec Yazu et notre hôte Kirsten

10 juin : Une (autre) journée fraîche sous la pluie

Jour 20 vélo (23 total) : Canmore à Cochrane (80,46 km)

Départ en matinée. On reprend la 1A (Bow Valley Trail) pour se rendre vers Cochrane. Une portion de la 1A est dangereuse pour les cyclistes (pas d’accotement et peu de visibilité) alors on bifurque sur l’A1. Mais ce matin, on a très froid ! Malgré notre équipement, on s’est beaucoup refroidi entre la pluie et le vent. Le prochain arrêt est dans 18 km (en vélo, c’est presque une heure…). On sera donc très heureux d’y arriver et de s’arrêter déjeuner au Stone Restaurant. S’arrêter dans un endroit chauffé n’aura jamais été aussi agréable ! Après cette pause réparatrice, la reprise est beaucoup plus plaisante.

Le soir, nous avons encore la chance d’être accueillis, via Warmshowers, chez Gayle et Ian. Le hasard fera que l’on apportera une bouteille de Malbec chez eux (acheté au Ghost Station sur la route, arrêt qui porte bien son nom!). La soirée démarre bien : ils ont exactement la même bouteille chez eux, on va bien s’entendre.

11 Juin : Retrouvaille familiale à Calgary

Jour 21 à vélo (24 total) : Cochrane à Calgary (45,15 km)

Avant de partir de chez eux, Ian nous recommande l’application Windfinder pour connaître l’état du vent. Ce sera l’un de nos outils préférés pour traverser les Prairies.

Pour sortir de Cochrane, de nouveau une petite ascension à faire, via la Gleneagles Road (piste au bord de la route avec une inclinaison légèrement moindre que la route principale), avant de rejoindre la 1A. Les montagnes ne sont désormais visibles que dans notre miroir, un nouveau type de paysage nous attend.

Dernière vue des Rocheuses

Avec une légère pente et le vent dans le dos, on arrive facilement à l’entrée de Calgary sans avoir forcé sur les pédales (conseils aux cyclistes : bien sortir de la 1A avant la première montée dans la ville). Le hasard fera que Sam, le cousin de Ben, sera également à Calgary ce jour. Super, on va pouvoir souper ensemble. Tant mieux car rouler en ville – même si Calgary est réputée avoir de bonnes pistes cyclables – est loin d’être notre activité préférée. Nous sommes contents d’avoir eu une bonne raison d’entrer dans la ville.

12 Juin : Expérience de camping presque sauvage

Jour 22 à vélo (25 total) : Calgary à Gleichen (104,95 km)

Pour sortir de Calgary, on utilise le réseau de piste cyclable avant de rejoindre l’A1. Malgré ces pistes, nous aurons plusieurs gros échangeurs à passer avant de s’échapper de la ville pour de bons, expérience peu agréable. Une fois tout cela passé, on a le plaisir de rouler avec le vent dans le dos ! On peut désormais découvrir des paysages tout à fait différents : des champs, des vaches, des chevaux. Nous voici au début des Prairies. On découvre aussi rapidement que – bien que cela n’ait rien à voir avec les montagnes – que les Prairies nous offrent aussi leur part de relief !

Nous avons eu quelques difficultés à trouver un arrêt pour ce soir. On avait repéré le camping municipal de Gleichen. Le lieu est des plus simples : du gazon, des tables de pique-nique, une toilette rustique et un robinet (que l’on a eu beaucoup de difficulté à trouver). La douche attendra à notre prochain arrêt…

13 Juin : Premier caprice de météo

Jour 23 à vélo (26 total) : Gleichen à Brooks ( 97,64 km)

Aujourd’hui, on roule vers Brooks, sur l’A1. On croise peu de cyclistes, et les camionneurs qui nous voient nous encouragent très souvent. Je crois qu’ils savent que les cyclistes qui se retrouvent ici sont principalement ceux qui tentent de traverser le Canada !

Une montée dans les Prairies

On découvre également la météo capricieuse des Prairies : nous voulions camper ce soir, une alerte d’orage violent nous encourage à prendre un motel. Comme les orages dans Les Prairies ont mauvaise presse (foudre, vent, grêle…), on prend cela au sérieux. On dormira trop profondément pour pouvoir vérifier s’il y a bien eu un orage.

14 Juin : Fausse alerte d’orage

Jour 24 à vélo (27 total) : Brooks à Medicine Hat (111,29 km)

Nous voici en route vers Medicine Hat, toujours en suivant l’A1. On entre dans la région qui se fait appeler « Badlands ». Elle porte bien son nom : rien ne pousse ici ! C’est en fait un véritable désert.

L’arrivée à Medicine Hat est un défi en soi : l’entrée de la ville se fait par une grande descente suivie d’une grande montée, tout cela au milieu d’un échangeur. De nouveau, une alerte d’orage violent nous fait prendre un motel pour la nuit. Finalement, l’alerte sera levée peu après notre arrivée au motel. Tant pis pour les économies, on aura un peu de confort ce soir !

15 Juin : Les sublimes paysages des Prairies  

Jour 25 à vélo (28 total) : Medicine Hat à Eagle Valley Campground (92,35 km)

Nous avons une très belle journée pour rouler. Un beau ciel bleu ponctue le paysage que l’on voit désormais à perte de vue. Entre le chemin de fer, le vert de l’herbe, quelques vallées et des champs, la vue est superbe !

Silos dans les Prairies en Alberta

Le soir, on s’arrête au camping Eagle Valley Campground, directement le long de l’A1. On y rencontre Larry, originaire de Terre-Neuve Labrador et qui vit désormais à Medicine Hat. Il nous offre une bière, magnifique cadeau après une journée de vélo. Ça tombe bien, demain c’est repos !

16 Juin : L’incroyable hospitalité terre-neuvienne !

Jour OFF à Eagle Valley Campground (29 total)

Larry nous avait annoncé une chose hier : quand vous voyez le drapeau de Terre-Neuve-et-Labrador, vous savez que vous aurez affaire à de bonnes personnes. Et clairement, il a démontré son point ! Avant tout, nous étions mal pris pour racheter de l’isobutane. Larry – qui devait aller chercher sa blonde en ville – en a profité pour nous ramener une bouteille. Évidemment, il a refusé qu’on le rembourse. Mais sa gentillesse ne s’est pas arrêtée là : lui et sa famille nous ont préparé un repas burger végétarien pour la soirée. Adorable de leur part ! Ils me feront gouter mes premiers S’mores (biscuit / marshmallow / chocolat pour les non-initiés comme moi) et s’assureront de nous donner assez d’eau pour notre journée de demain (l’eau du camping étant douteuse…). Après une telle rencontre, c’est sûr que l’on a envie d’aller jusqu’à Terre-Neuve-et-Labrador !

Avec Larry et sa famille

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top