skip to Main Content
D’un Océan à L’autre : Notre Arrivée à Halifax

D’un océan à l’autre : notre arrivée à Halifax

Une nouvelle semaine démarre après notre pause à Edmundston, durant la fête du Nouveau-Brunswick. Si tout se passe comme prévu, nous arriverons dans quelques jours à Halifax, destination ultime de notre traversée cycliste. 

7 Août : Nouvelle histoire de déviation  

Jour 69 à vélo (81 total) : Edmundston à Grand Sault (64,99 km)

Départ au ralenti : la pluie mais surtout l’orage sont au rendez-vous à notre réveil. On attendra que les nuages noirs partent, départ vers 10h30. On suit la 144. Un peu avant Rivière Verte, la route est barrée. Comme on a déjà pris une déviation qu’on n’aurait pas dû prendre il y a peu (on vous en parlait ici), on se dit qu’on tente d’y aller quand même. Erreur ! La route est barrée pour de vrai, il y a une grue et un vrai chantier, comme s’ils construisaient un pont. Tant pis, on rebrousse chemin, partiellement.

Le blocage

On tente de prendre le Chemin Smith, pour rejoindre la 2. De nouveau, ça ne marche pas : Chemin Smith passe par-dessus la 2 sur un pont, impossible de rejoindre l’autoroute. Un automobiliste, nous voyant hésitant, s’arrête pour nous aider. Il nous conseille de prendre un chemin qui traverse un site de bois / un domaine privé. Parfait, nous voilà au milieu de la forêt pour les 20 prochaines minutes, avec absolument rien ni personne autour de nous. Mais comme prévu, on retrouve bien la 144 à la fin.

À la recherche d’une entrée sur la 2 (juste en dessous)

Nous revoici sur le bon chemin. 14h, pause lunch à St Léonard. La pluie transforme le lunch en pause goûter. Ça tombe bien, on rencontre deux cyclistes Québécois, qui viennent de traverser le Canada avec leurs fixies ! On partage nos histoires de voyage en accumulant des calories de Timbits. Comme il y a une alerte de tornade pour le secteur où nous nous trouvons, on préfère attendre. Une fois la pluie passée et l’alerte levée, on repart. Ce soir, nuit dans un motel à Grand Sault.

8 Août : Au cœur des Appalaches

Jour 70 à vélo (82 total) : Grand Sault à Woodstock (120,36 km)

Ce matin, le soleil est au rendez-vous. On décide de rouler sur la 2 (nos compagnons d’hier avaient l’air de l’apprécier). Bien que ce soit une autoroute, l’accotement est grand et propre. Cette portion du Nouveau-Brunswick est aussi pleine de relief. Et pour cause : on parcourt les Appalaches. C’est très beau, mais on ne croisera rien sur la route : aucun arrêt, aucune station-service ! Après 40 km, on arrive à Perth-Andover, pause au Tim Hortons. On repart, et de nouveau pour les prochains 40 km : rien sur la route ! Une chance qu’il fasse beau. On profite des paysages de la région, notamment la vue sur le fleuve Saint-Jean. Après ce nouveau jalon de 40 km, pause au Esso de Florenceville-Bristol, ville qui se vante de faire les meilleures frites au monde. Après cette pause goûter, la route reprend sur de belles montées, on regrettera vite notre snack-frites… Le soir, on s’arrête dans un motel (douteux ?) de Woodstock. On réalise que l’on a enregistré 918 m de gain d’altitude dans la journée, soit notre 4ème plus grosse journée depuis notre départ !

Coucher de soleil du motel

Après la pluie, le beau temps

9 Août : Course contre l’orage

Jour 71 à vélo (83 total) : Woodstock à Fredericton (110,86 km)

Décidément, nous jonglons avec les orages. Ce matin, la météo est hasardeuse, on regarde le radar pour voir l’évolution des nuages. On hésite un peu puis on décide de partir.

Difficile de partir un matin comme ça !

À 9h15 on est sur la route. Le ciel est couvert mais par chance, pas de pluie et il fait doux. Pause après 20 km : il y a un avertissement d’orage pour la région. On se trouve à la limite nord, on repart quand même. On passe proche de Nackawic (ville qui aurait la plus grande hache au monde!). La journée est ponctuée de belles montées. On se fera par contre rattraper par une vraie pluie et une importante brume. Nous sommes contents que la lampe arrière de Ben soit si lumineuse. Pause à 66 km dans un All Day Breakfast. Le temps de manger et de laisser passer les nuages, nous voilà de nouveau sur la route. La suite de la journée se fera surtout en descente, et avec du soleil. On arrive vers 16h30 dans un hôtel proche de l’aéroport de Fredericton.

10 Août : À travers un camp d’entrainement militaire

Jour 72 à vélo (84 total) : Fredericton à St John (94,42 km)

Triste matinée à Fredericton, une fusillade a lieu ce matin dans le centre-ville. Bien que l’on soit loin du centre, on attendra quand même que la situation soit réglée pour prendre la route, vers 11h. On roule sur la 2 – très bruyante et achalandée ici ! – avant de prendre la 7 sud. La route traverse une forêt, mais surtout un camp d’entrainement militaire. Plusieurs panneaux ne manquent pas de nous le rappeler en nous avertissant de ne pas quitter l’autoroute. La ride est très tranquille aujourd’hui et agréable.

Sur la 7, au milieu du centre d’instruction au combat de Gagetown

En approchant de Saint-Jean (Saint John, NB), on aperçoit au loin la baie de Fundy (connue pour ses grandes marées). On arrive à St John vers 17h, le temps de souper / faire l’épicerie, on s’installe au B&B vers 19h : The Cozy Cottage Inn, charmant B&B, très proche du terminal de ferry pour Digby.

 11 Août : Les montées de Nouvelle-Écosse 

Jour 73 à vélo (85 total) : St John à Bridgetown (69,68 km)

Levée 6h15, départ 7h20 pour prendre le ferry de 8h. Nos compagnons cyclistes croisés plus tôt nous avaient prévenu que le ferry avait tendance à partir en avance. En embarquant, on sent en effet qu’il n’aurait pas fallu trop tarder. Durant la traversée, on aperçoit quelques marsouins.

Traversée de la baie de Fundy (avec jumelles empruntées !)

Le traversier à l’arrivée en Nouvelle-Écosse

Débarquement, nous voilà en Nouvelle-Écosse. L’accueil est chaleureux, les paysages sublimes, et l’air plus frais. On découvre rapidement que les routes de Nouvelle-Écosse seront un nouveau défi pour nous. On démarre sur la 101 : autoroute sans accotement! Puis la 1 : route de campagne dont les montées enregistre des dénivelés indécents ! Pour traverser Bear River, on reprend la 101 pour traverser le pont. Expérience mixte : terrifiante car l’accotement est petit mais sublime de par la vue! Retour sur la 1, beaucoup de montées / descentes. La Nouvelle-Écosse nous réserve une fin musclée. Vers 15h, pause à Annapolis Royal, au Léo’s café. On repart désormais sur la 201. La route est belle et longe la rivière, mais encore beaucoup de dénivelés. On donne une nouvelle chance à la piste cyclable (que l’on avait testée à Digby mais qui était impraticable pour nos vélos). La piste est de type poussière de roche à gravel, ce n’est pas top mais mieux que la route. On croisera une cycliste mais plusieurs 4 roues (quad).

La beauté de la Nouvelle-Écosse

Partie décente de la piste cyclable

En fin de journée, camping à Bridgetown Family Campground. Les propriétaires sont d’une gentillesse inégalable. On passe la soirée autour du feu en compagnie d’une sympathique famille d’Halifax. Ceux-ci se préparent à retourner chez eux pour le mariage improvisé d’un de leurs fils. On est heureux de passer cette belle soirée avec eux, c’est la dernière nuit en camping de notre traversée.

12 Août : Sur les trails de Nouvelle-Écosse

Jour 74 à vélo (86 total) : Bridgetown à New Minas (81,54 km)

Départ du camping sur la Moonlight Trail

Départ vers 11h. On teste la piste (Moonlight Trail), mais on roule à 12km/h et on croise beaucoup de 4 roues. À la première occasion, on reprend la 1. Par contre, elle n’est pas top ici : pas d’accotement et beaucoup de nid de poule. On va jusqu’à Kingtson, pause lunch à l’excellent Green Elephant Cafe. Retour sur la trail, elle est ok en ville mais redevient rapidement « tout usage » par la suite (« tout usage » : souvent synonyme de piste en gravier non-compacté). On retourne sur la 1, mais avec la circulation et l’accotement, notre expérience n’est pas top. On reprend la trail, tant pis on avancera doucement. La trail devient meilleure par la suite, des barrières anti-HTU sont installées pour que les 4 roues ne l’utilisent pas (ces barrières sont quasiment anti-nous ! pas facile de les passer avec tous nos bagages). Le soir, direction le Slummer Inn, en haut d’une belle montée. En arrivant, le monsieur de l’hôtel me propose un « Complimentary hot chocolate », c’est fou comme un rien peut devenir réconfortant après une grosse journée de vélo. Malgré tous les défis que les routes de Nouvelle-Écosse nous réservent, la beauté des paysages et la gentillesse des gens rendent cette dernière étape très plaisante.

13 Août : L’arrivée

Jour 75 à vélo (87 total) : New Minas à Halifax (117,67 km)

Dernier jour : 110 km à parcourir et 700 m de dénivelé, on espère que l’inclinaison sera douce. On démarre sur la 1, en meilleur état que précédemment. À Wolfville, on bifurque sur Maple Avenue pour éviter quelques collines (Maple Avenue devient Melanson Road par la suite). La route longe puis traverse la rivière, c’est beau et tranquille. On tourne à gauche sur Gaspereau River Road, route populaire chez les cyclistes ici. On reprendra un peu la 1 (Evangeline Trail) avant de rouler sur Rand St et rejoindre Bog Road, également très populaire pour les cyclistes. La ride est superbe! Un peu avant Windsor, on rejoint de nouveau la 1 (Evangeline Trail). Pause lunch à Windsor (burger végétalien au Lisa’s Café) avant de repartir sur la 1. On sent les montées mais l’inclinaison est plus clémente. Après Mont Uniacke, on comprend que les plus grosses montées sont derrière nous. On sent aussi que l’on approche d’une grande ville : le trafic devient tranquillement plus dense (et plus nerveux). L’entrée dans Halifax est un peu complexe pour les cyclistes. Une piste longe la 101, le plus simple ensuite est de reprendre la 2. Il n’y a pas toujours d’accotement mais des pistes cyclables par moments.

On s’arrête au centre-ville souper et on passe rapidement par le Waterfront avant de nous rendre à notre point final : Point Pleasant Park. Ce parc est très agréable et nous donne surtout un accès direct à l’eau. Comme le veut la tradition, on ira mettre nos roues de vélo dans l’eau de l’océan Atlantique. Nous sommes arrivés 🙂

Vue d’Halifax

Photo finale de notre traversée à vélo de l’Amérique du Nord

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top